le carnet du lait

23 octobre 2009

L’Adieu aux armes

Publié par lutiner dans lait-divers

Mon dernier week-en chez Renaud-Bray. Une parenthèse se referme enfin. Salut Jacques, Louis, André et les autres. Salut aux acheteurs compulsifs, aux écrivains « rentrés », à ceux qui viennent voir si leur livre se vend bien, à ceux qui n’ont pas encore compris qu’il n’y avait pas d’autre étage, aux râleurs qui prétendront toujours que c’était mieux AVANT, à ceux qui cherchent un livre mais ont oublié le nom de l’auteur et jusqu’au titre de l’ouvrage et qui essaient de t’expliquer la trame de manière décousue (!) avant même que j’aie pu leur faire comprendre que ma caisse n’est pas un ordinateur et que je puisse les renvoyer aux libraires compétents (ça va leur faire plaisir), à ceux qui cherchent un morceau de musique et qui fredonnent un air méconnaissable avec une voix de fausset et à qui je recommande d’aller chanter ailleurs chez les disquaires, à ceux qui tiennent mordicus que l’auteur qu’ils cherchent « est rempli de voyelles (sic) »ou « il y a un H dedans » ou « vous savez…elle est souvent chez Christiane Charrette » (comment leur dire que je ne suis pas capable de l’écouter celle-là tellement ses interrogations sont convenues et ses entrevues gachées par son esprit lisse, sans aspérités. Comme supplice je préfère encore lire Beigbeder, c’est plus raffiné). Bien le bonjour à tous ces visages familiers, souriants et qui me donnent des nouvelles de ce qu’ils ont lu ou écouté, du voyage qu’ils ont fait, de leur santé (vive le mercredi) vacillante. Salut aux Roumains qui en voyant mon nom sur mon badge me prennent pour un des leurs (pareil pour les Grecs, ce qui m’a permis de voyager pendant près de dix ans en Grèce sans parler un traître mot de grec – sinon le grec ancien!- et être considéré aux yeux de certains comme faisant partie de la famille. Au bout de quelques verres de Retsina, ce vin qui a un goût terreux, on se sent effectivement membre de la famille avec tout ce que cela implique). Salut aux Suisses, mes compatriotes, qui n’arrivent toujours pas à croire qu’un Valaisan leur serve à Montréal, qui trouvent que le monde est petit (Bonjour MacLuhan !) et qui me demandent si je suis de la famille des deux autres Constantin célèbres dans mes vertes montagnes où les vaches sont mauves. Salut les Belges, les Italiens, les Français…enfin vous là..les maudits Européens, comme dirait quelqu’un. Pas de regrets pour vous les « téléphoneux » qui ne daignez même pas débrancher devant moi et qui affrontez mon mépris en me jetant votre carte de crédit sur le comptoir (certains d’entre vous sont allés la ramasser dans les friandinutiles qui prennent d’assaut les comptoirs), à ceux qui ne vous regardent pas, ne vous disent jamais rien, qui vous prennent pour leur esclave et qui pensent encore que le client est roi sans savoir que je suis un régicide !
Pas une ligne de plus pour les « chialeux », les écornifleurs du rabais et … les lecteurs de Beigbeder (Quel acharnement !).

Salut à tous mes collègues qui ont supporté (ou pas) mon foutu caractère et mon vocabulaire suranné parfois. Je commençais à m’attacher à vous, il était donc temps que je m’en aille (ne vous inquiétez pas, le salaire y était pour quelque chose…aussi).

Laisser un commentaire

ArezkiEvasion |
Informations Global |
Solidarité Handicap |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Barhama Kaolack
| Cgt Sagem DS
| Urbanisme - Aménagement - ...